Chroniques livres littéraires et culinaires

Avis #7 Once and for all- Sarah Dessen

Print Friendly, PDF & Email

 

Coucou!

Oh la la ça fait un moment que je n’avais pas écrit sur le blog!
Si vous me suivez sur Instagram, vous savez que j’ai repris le boulot en 35h, et j’ai un MAL FOU à m’organiser (depuis toujours d’ailleurs)

Je fais énormément de choses, et ce n’est pas facile pour moi de m’organiser, surtout que je suis fatigué le soir et que j’ai envie de rien faire (sport, boulot, dodo, sport, boulot, dodo)

Mais voilà… hier j’ai fini ONCE AND FOR ALL et je voulais vous partager mon avis (pour ceux que ça intéresse):

Le résumé:

Auteur: Sarah Dessen
Traduction: Sofia Tabia et Diane Durocher
Editions: Lumen
Genre: Young Adult
Nbre de pages: 368
Prix: 15€ l’intégrale ; Ebook: 9,99€
Parution: Le 15/03/2018

Young Adult- seconde chance

À en croire le poète, « il vaut mieux avoir connu l’amour, quitte à le perdre, que n’avoir jamais aimé du tout… » Louna, dix-sept ans, est loin, bien loin, d’en être si sûre- et quand on connaît son histoire personnelle, difficile de le lui reprocher. Ironie du sort, elle qui a appris à la dure que les happy ends, ça n’existe pas, passe son dernier été avant avant la fac à jouer… les assistantes wedding planners aux côtés de sa mère!

Le meilleur comme le pire l’attendent, de mariages désarmants d’émotion en désastres organisationnels, de témoins qui font leur diva en belles-mères obsédées du détail. Jour après jour, Louna va devoir se confronter au cynisme de sa mère et aux pitreries de ses collègues d’un été, mais surtout au souvenir obsédant d’une nuit parfaite, un an plus tôt à peine, qui la ronge comme l’acide un peu plus chaque jour… À l’autre bout du tunnel, il lui faudra sortir indemne- et peut-être même victorieuse, qui sait- des obstacles grands et petits que le destin a placés devant elle.

Mon Avis:

UN MINI COUP DE COEUR.

Je n’aime pas ce mot, « mini coup de coeur ». Mais là, je n’ai trouvé que ça pour qualifier ce roman, car c’est ce qu’il est pour moi. J’ai beaucoup aimé la première partie du livre: c’est accrocheur, on adhère tout de suite à l’univers du mariage (pourtant je déteste les mariages, va savoir pourquoi!) et c’est surtout écrit avec douceur.

Ça a été un coup de coeur dès le début, car une histoire concentré autour des mariages et wedding planners, je n’en avais encore jamais lu. C’était donc une nouveauté qui m’a bien fait plaisir, d’autant que les personnages sont attachants et drôle!

Mais… au fil des pages, et surtout à la fin (qui reste bien en soi), ça s’essouffle quand même.
Si vous cherchez une romance, sachez qu’elle est mise au second plan (enfin, pas tout à fait, on parlera du passé de Louna, qui est magnifique – qui ne rêverait pas d’avoir un truc pareil?-)

L’amour est au premier plan, puisqu’on en parlera (faut-il vivre un amour grand comme un A, ou se caser et profiter de la routine? Connait-on l’amour qu’une seule fois?), Le deuil (comment se remettre d’un chagrin? Comment reprendre sa vie après un drame?), mais aussi les questions existentielles comme:
Comment profiter de sa vie?
Comment s’aimer? Comment se retrouver? Comment accéder au bonheur?
Dois-je survivre ou mourir après un drame? Qui suis-je?
L’amour existe-il vraiment? A-t-on le droit à une seconde chance? l’amour, le vrai, existe-t-il qu’une seule fois?
Et puis bien d’autre thèmes tels que la trahison, la solitude, le désespoir, la routine… et le bonheur.

OUI. LE BONHEUR.

Parce qu’être wedding planner, c’est offrir le mariage de ses rêves aux futurs époux, mais aussi leur première idylle vers un bonheur sans fin… ou presque. Car vous le verrez, les personnages ne croient pas du tout au bonheur, encore moins aux relations longues, ce qui peut paraitre insensés vu leur profession!

Sept ans. Plusieurs enfants et une liaison… mais une seule. (…)
Moi je dirais trois ans, pas d’enfants… et une séparation en bons termes.

Du côté des personnages:

Louna est une bonne héroïne. Elle a grandi avec sa mère et William (son « beau père de substitution gay ») dans cette environnement wedding planner puisque sa mère et lui ont monté une boîte, la plus importante de leur ville: Nathalie Barrett (le nom de sa mère).
De par son passé, elle ne croit pas aux secondes chances en amour et passe le plus clair de son temps à aider sa mère comme assistante.

Lorsqu’elle tombe sur Ambrose, elle ne pensait pas devoir le supporter tout un été comme collègue de travail, engagé par sa mère!

Ce que j’ai beaucoup aimé, c’est son passé, car Louna a un passé qui n’est pas commun et qui révèle d’autant plus le caractère qu’elle a dans le livre.

Ambrose est son opposé: fêtard, sans permis, il a arrêté l’école et ne sait pas quoi faire de sa vie. Il enchaine les conquêtes et les bêtises jusqu’au jour où il croise la route de Louna, au mariage de sa mère. Il va alors chercher à se rapprocher d’elle, et c’est justement ce qui est intéressant: l’approche se fait en douceur, avec humour.
Comme je vous l’ai dit, l’amour est au premier plan, mais pas en ce qui concerne les personnages: il l’est d’un point de vue réflexion ( si on peut le dire comme ça).

Quand aux personnages secondaire, William et Nathalie (la mère de Louna) sont vraiment incroyable et drôle : ils ont chacun leur vécu et on comprend mieux pourquoi ils n’ont pas de relation longue. On assiste à l’organisation d’un mariage avec eux, aux préparatifs, et j’ai beaucoup aimé! (même si je déteste les mariages)

Jilly (la meilleure amie de Louna) vit une vie à cent à l’heure : issu d’une famille nombreuse, et grande-soeur, c’est elle qui gère ses frères et soeurs en l’absence de ses parents (c’est-à-dire tout le temps car ils ont un camion-restaurant). Elle est super comme amie, et ses frasques avec ses frères (un en particulier) sont juste drôles!

En conclusion:
UN MINI COUP DE COEUR. CERTES. MAIS UN COUP DE COEUR QUAND MÊME: l’histoire nous amène à réfléchir sur des questions qu’on se pose ou qu’on pourrait se poser. Les personnages sont attachants.
Néanmoins, ces chapitres bcp trop long à mon goût, cette deuxième partie de livre un peu moins bien que la première, cette fin, bien (c’est tout qu’il y a à dire), et ce résumé de couverture trop tape à l’oeil (on en a un peu trop rajouté, ce qui est dommage, car en la relisant, c’est vrai qu’elle est écrite de façon « trop vendeur »), gâche ce mini coup de coeur qui aurait pu être plus.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *