Chroniques livres littéraires et culinaires

Chronique: journal d’un vampire en pyjama

Print Friendly, PDF & Email

« Je n’ai plus d’autre choix désormais que devenir un véritable Jedi. (…) Face à Dame Oclès, la tentation de passer du mauvais côté de la force sera terriblement séduisante. »

Auteur: Mathias Malzieu
Edition: Albin Michel
Genre: Journal
Parution: 27/01/2016
Nombre de pages: 240
Prix: 18€ ; Ebook: 12,99€

Hello! ordinateur réparé, je reviens avec un nouvel article: ma chronique sur le livre de Mathias Malzieu, « journal d’un vampire en pyjama ». j’ai carrément kiffé lire ce livre, dans le train. c’est une première, car normalement je ne suis pas concentré à 100% dans les transports, surtout avec du bruit, alors je pense que je m’améliore car son livre m’a vraiment plu!

Synopsis:

« Ce livre est le vaisseau spécial que j’ai dû me confectionner pour survivre à ma propre guerre des étoiles. Panne sèche de moelle osseuse. Bug biologique, risque de crash imminent. Quand la réalité dépasse la (science-)fiction, cela donne des rencontres fantastiques, des déceptions intersidérales et des révélations éblouissantes. Une histoire d’amour aussi.

Ce journal est un duel de western avec moi-même où je n’ai rien eu à inventer. Si ce n’est le moyen de plonger en apnée dans les profondeurs de mon coeur. »

Mon avis:

Ça faisait un bail que j’avais ce livre chez moi. Depuis 3 ans au moins. En fait, je me rappelle très bien quand j’ai voulu l’acheter. C’était quand j’avais vu « Mathias » en personne à la télévision: dans l’émission « on n’est pas couché », il m’avait fait une forte impression.

J’étais tombé dessus par hasard, mais pile au moment de son interview. En fait, je ne savais même pas qu’il sortait un livre.
Alors forcément, quand il a raconté son histoire, j’ai été choquée (parce que la presse n’en avait pas parlé!), mais surtout, cela a fait écho à ma propre expérience à l’hôpital.

 

Comment ne pas lire ce livre? Acheté, dédicacé… j’ai même eu le droit à ma photo avec l’Auteur! Il était là. Noir. Beau. Mais j’ai attendu 3 ans pour le lire.

J’ai attendu mon moment pour le lire, et j’ai vraiment bien fait car j’ai savouré chaque page de ce livre.
Le matin, mais essentiellement le soir dans le train. Tous les jours. Un peu, 2 chapitres/jour, des rires parce que sa plume est juste waaouh, de l’admiration par tout ce qu’il a traversé, des étincelles dans les yeux à la fin de cette lecture qui m’a accompagné pendant presque 3 semaines.

Ici, on évoque la maladie. Comment ça peut t’arriver, te tomber dessus du jour au lendemain, sans même en repérer les signes. Comment, en l’espace d’un court instant, tu te retrouves à l’hôpital, perforé, sur un lit, entre la vie et la mort.
Tout à coup, on met des mots sur ton problème: « aplasie médullaire » (arrêt du fonctionnement de la moelle osseuse), hématologie, greffe, chimiothérapie…
Ça te semble fou. Ben non. C’est arrivé. Et ça arrive à Mathias.

En découvrant sa maladie, l’auteur décide d’écrire ce journal intime pour l’évoquer, mais aussi son environnement, les gens qui l’entourent, sa vie, ses pensées, et ses émotions, comme une sorte de thérapie.
Et ça tombe mal, car devant être interné dans un hôpital, il a peur pour son projet: son film, son bébé, « la mécanique du coeur ». Devant l’incertitude d’assister à l’avant-première de son film, d’assurer la promotion, il plonge dans un doute et une peur immense.

« A la guerre comme à la guerre »

En tournant les pages, on en apprend plus sur lui qu’on ne le croirait. Discret à la télé, comme en dédicace, j’ai vraiment été surprise!
Il rend un véritable hommage au corps médical: infirmières, médecins, hématologues, chercheurs… tous ces gens qui nous aident à guérir, à surmonter les épreuves, à garder le moral, à ne rien lâcher, à rester optimiste, et qui nous poussent vers l’avant.
J’ai rarement lu des livres qui en parle avec autant d’affection que celui-ci, d’amour pour sa profession.

Si l’auteur parle de son quotidien, il fait notamment référence à l’amour de sa vie: Rosy; celle qui l’a soutenu avec panache, dévotion. Celle qui l’a vu chaque jour mourir un peu plus, au fond du fond, sans étincelles pour briller. Celle qui l’a accompagné au bord de la mort, devant le précipice, et qui ne l’a pas lâché.

« Les yeux de Rosy n’ont pas bougé d’un iota. Elle obtient son diplôme d’amourologie avec les félicitations du jury. »

On suit son évolution, mois après mois, jour après jour, guerre après guerre. C’est véritablement un beau livre, plaisant à lire, avec une touche d’humour, une dose de poésie, saupoudré d’amour, de crainte, de joie, sur une pluie d’étoiles du bonheur.

En conclusion:

Un homme plein d’émotions, qui traverse le couloir de la mort, et en ressort transformé. Un homme si secret, aux multiples facettes, qui va vous faire rire, pleurer, imaginer. Un livre exceptionnel, la meilleure compagnie dans le train, et ma meilleure lecture en extérieur. Une plume bouleversante, étonnante.
Bref, la magie absolue.

♥Bisous♥



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *