Chroniques livres littéraires et culinaires

marjoriem9 devient littlemarjoo (Instagram)

Print Friendly, PDF & Email

 

Salut.

Récemment, j’ai changé mon pseudo Instagram marjoriem9 pour: littlemarjoo (oui, il y a deux o car le pseudo littlemarjo est déjà pris!)

Pourquoi?

Déjà parce que mon site perso est littlemarjo. J’avais envie de raccorder les deux. Instagram est ma plateforme préférée de contenu: j’aime bcp y poster mes photos, faire des instastories, vous partager un peu ma vie.

En fait, pour tout dire, marjoriem9 est un nom vraiment facile que j’ai pris quand j’ai débuté sur insta: marjorie est mon prénom, m la première lettre de mon nom de famille, et 9 est mon chiffre préféré.
Alors voilà: marjoriem9
C’est pas cool ça? Moi je l’adorais mon surnom, et puis Instagram était plus simple à l’époque qu’aujourd’hui.

OUI J’AI CHANGÉ.

Même si je n’avais pas crée mon site, j’aurai changé.
J’ai évolué. J’ai changé ma façon de penser, et je suis devenu une personne beaucoup plus libre; j’aime ma liberté et je fais les choses pour moi et pas pour les autres.
Je suis une personne discrète, à tendance timide. Je l’ai toujours été.
J’ai du caractère, mais ça dépend avec qui, quel personne. Je fais une distinction claire et net entre ma vie personnelle et ma vie professionnelle, car pour moi, on ne mélange pas les deux.

Plusieurs événements m’ont fait comprendre que dans la vie, penser à soi, ce n’est pas de l’égoïsme. Penser à soi est un moment que l’on partage avec soi-même, et tout le monde a le droit de l’avoir. C’est notre moment à nous.

ET JE NE L’AVAIS QUE TROP PEU FAIT. JE M’ÉTAIS OUBLIÉ. ON M’A OUBLIÉ.
ALORS JE ME SUIS POSÉ, J’AI PLEURÉ, J’AI PRIS MA PLUME ET J’AI ÉCRIT.

Sincèrement, c’est l’écriture et la lecture qui m’a permis d’avancer, de me dire que je valais quelque chose quand j’étais dans le brouillard, quand je broyais du noir, et que personne en avais rien à faire.

Biensûr, je vous parle de comment j’ai vécu les choses sans trop rentrer dans les détails (j’ai déjà fait plusieurs posts personnels et je compte en refaire d’autres, c’est une vraie thérapie d’écrire).

Une phrase que j’ai entendu décrit assez bien ce que je ressens : « Je pardonne mais je n’oublie pas. »

Tout le monde est une Bright star.

Pour moi, on peut pardonner tout acte, même les plus violents et criminelle (ça arrive à certaines personnes qui veulent retrouver le chemin de la liberté et du pardon; chacun est libre de faire ce dont il a envie). Mais oublier est impossible car ça s’est produit, ça fait partie de nous, on l’a vu et on l’a ressenti: alors peu importe combien on essaye d’effacer, d’oublier, on a tous une mémoire physique et mentale.

Je n’oublie pas les gestes, les paroles, les actions. Mais je pardonne, pour retrouver le chemin de ma liberté et de ma paix intérieure.

Je dirais qu’admettre ses erreurs fait de nous une personne meilleure. Qu’admettre ses succès fait de nous une personne qui croit en ses rêves et sa réussite (sans être vaniteux).
Je crois vraiment que le statut social n’est pas ce qui nous définit dans la vie. Comme la richesse ou la pauvreté.
Ce qui nous définit, c’est nous-même: c’est moi-même, c’est mon « moi intérieur ». Et peu importe ce que les autres pensent de nous, peu importent la carrière qu’on mène, peu importe le paraître: au final, ce qui compte, c’est moi-même. Mes émotions, mes sentiments.

Aujourd’hui, je m’aime mille fois plus qu’avant et je n’ai pas peur ni honte de le dire parce que j’ai changé.
J’apprécie beaucoup plus la vie, le quotidien, parce qu’à côté j’ai pris du temps pour moi-même, pour réaliser des challenges personnelles, pour atteindre le bonheur, et pour être en paix avec moi-même.

C’est stupide. Certainement. On va croire que je me kiffe réellement. Bah c’est le cas: je m’aime, j’aime la personne que je suis devenue et alors?!

ÇA FAIT DU BIEN DE S’AIMER. JE M’AIME. ON A LE DROIT DE LE DIRE ET CE N’EST PAS SE VANTER.

ÇA, C’EST MOI, MARJORIE AKA LITTLEMARJO.

Alors maintenant, pourquoi Littlemarjo?

Là aussi, j’ai pas trop réfléchi à mon surnom quand j’ai débuté le Blog. J’ai pris ce que je ressentais vraiment et je l’ai retranscrit comme tel.
Marjo est le diminutif de mon vrai prénom: Marjorie. Et Little? Little est un mot qui passait mieux en anglais. « petite », sincèrement, c’était nul.
Littlemarjo, c’est moi alias ma timidité; j’ai une tendance à être timide dans certaines conditions: au travail, quand je parle, quand je demande quelque chose… Je dis « tendance » car c’est très minime. Mais assez pour que je l’ai remarqué. Assez pour que d’autres l’ait remarqué.

Rien que pour ça, j’avais envie de mettre un mot dessus: Little sonnait bien.
Puis je ne me considère pas comme une femme. PAS DU TOUT. Ma mère dit « jeune fille ». Moi je dis : Marjorie. Point barre.

Pour toucher plus large, je déteste ces noms qu’on donne à tout: flexitarien, végétarien, vegan… Pour moi, c’est mettre des gens dans des cases. Pour quoi faire? On s’en fout à vrai dire que ton voisin soit flexitarien, que ta voisine boit du lait… ils font ce qu’ils veulent!

Little c’est un peu ça. Accepter les changements sans renoncer à mon identité d’origine.

ALORS VOILÀ. LITTLEMARJO.

Et Alors, c’est quoi le rapport avec le blog?

BONNE QUESTION: Je dirais que j’ai eu envie d’en créer un surtout pour moi, pour pouvoir partager et écrire ce dont j’avais envie sans qu’on juge (comme sur youtube; on est aussi jugé en tant que blogueuse mais moins quand même, je trouve!). Déjà ça pourrait me débloquer; je pourrais trouver des ami(e)s qui ont les mêmes centres d’intérêts (parce que perso, j’ai pas d’ami(e) qui lit autant que moi et surtout le même genre.); et surtout, je pourrais écrire tout un tas de choses personnelles et impersonnelles qui me touchent.

VOILÀ.

♥Bisous♥



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *